Home » News » La bande annonce de Rogue One était elle honnête ?

La bande annonce de Rogue One etait elle honnete ?

Coucou la communauté. Dites moi donc, suis je le seul à m'être fait flouer par la bande annonce alléchante de Rogue One ? Ou peut être n'avez vous pas remarqué ?

Ca vous dit de revoir ensemble les scènes de la bande annonce que vous ne verrez pas dans le film ? Aller c'est parti 

Pour commencer, si vous n'êtes pas aller lire la critique de Morrinthc'est par ici. Pour la suite, je vous préviens, je risque de spoiler un tout petit peu en fin d'article. Ne lisez pas le dernier paragraphe si vous n'avez pas vu le film.

Je ne suis pas là pour faire le procès de Rogue One, qui malgré tout remplit son contrat, avec un univers respecté dans l'ensemble, et un scénario simple, mais cohérent avec le reste de l'oeuvre.

L'affiche de Rogue One

Ce qui m'a un peu énervé c'est ce que la bande annonce nous a vendu. Alors là vous allez me répondre :
- "Hey oopinou, t'es bien sympa, mais t'es quand même bien naïf si tu crois encore que les bandes annonces en 2016 ça te montre pas toutes les meilleures parties du film".

Sauf que non, la bande annonce de Rogue One ne révèle pas toute l'action, la bande annonce est un vrai régal, et bien qu'on connaisse toute l'histoire du film à l'avance, elle mettait plutôt bien en appétit, comme avait su le faire celle de l'épisode 7 : le réveil de la force.

Bon assez de prose, voilà la liste de ce que vous ne verrez pas dans "Rogue One : a Star Wars Story", voici le trailer dont il est question :

La première critique tiens dans l'image choisie pour illustrer la vidéo. Si elle met l'ambiguïté sur la tournure que va prendre le personnage de Jyn (elle est habillée en soldat de l'empire), sachez que ce plan n'est tout simplement pas présent dans le film ...

Bon, prenons le temps de lancer la vidéo au moins ... Et là, ça met tout de suite dans le bain :

- "State your name for the reccord" - "Jyn Erso"

capture-decran-2016-12-19-a-16-50-07

capture-decran-2016-12-19-a-16-50-18

Boooooom, c'est moi le héro t'as compris ? Ouai bah sauf que cette réplique n'est pas non plus présente dans le film ... Et elle est tellement classe que c'est quand même bien dommage ... Bon aller c'est pas grave on continue ...

Quelques secondes plus tard, notre héroïne envoie une bonne grosse punchline badass aux chefs de l'alliance rebelle :

- "It's a rebellion, isn't it ?"
*Shortcut Bim Bam Boum, je pète le cul des stormtrooper*
- "I Rebel"

capture-decran-2016-12-26-14-04-40 capture-decran-2016-12-26-14-05-03 capture-decran-2016-12-19-a-16-50-36

Et ... ? Non, vous pouvez chercher, vous ne trouverez pas cette réplique dans le film. A la place on nous proposera une scène toute dégeux où les rebelles parlent à sa place. Et on est qu'à 28 secondes dans la bande annonce ...

Aller pour le sport, on continue ? :)

On distingue très clairement Jyn dans un véhicule terrestre quelques secondes plus tard :

capture-decran-2016-12-26-22-55-49

Sauf que Jyn, elle a un mal chronique des transports (et une intolérance au gluten aussi), du coup elle a dû être malade car ils n'ont pas gardé cette scène au montage.

Pendant une dizaine de secondes on va entendre l'alarme de l'empire à fond les ballons, grosse référence aux films originels et frissons d'ambiance garantis. Eh bien vous pourrez la chercher, elle n'est présente que quelques millisecondes dans le film, et totalement en fond à tel point qu'on l'entend à peine, obstrué par le bruit des pas de StormTrooper. Dommage.

Ensuite viennent 3 plans assez rapides ponctué dans une tirade de Saw :

Le premier nous montre la maison de Jyn en feu avec le texte "que feras tu si ils te capturent ? "

capture-decran-2016-12-26-14-15-16

Sauf que ce plan est absent du film, on continue sur le plan suivant, qui suis toujours la même réplique de capture, mais cette fois en présentant des pilotes rebelles enchaînés et blessés :

capture-decran-2016-12-26-14-15-52

Ce plan suggère que dans le Scénario l'escadron Rogue One pourrait se faire capturer. Et bien non, devinez quoi, ce plan n'est pas non plus dans le film :)

On avance de quelques images et on découvre le grand vilain Directeur Krennic qui vient mettre son grain de sel sur le terrain de bataille final ...

capture-decran-2016-12-26-14-16-27

Sauf que dans le film il fera sa flipette et restera dans sa tour dorée. Bref, vous commencez à comprendre l'idée ...

D'après certains retours, il semblerais que sur cette scène, on voit Jyn et Cassian courir sur la plage de la bataille.

capture-decran-2016-12-26-22-58-24

N'attendez pas ce passage avec impatience, car si c'est bien eux que l'on voit courir, ils ne sont pas dans le film ...

Et comme je le disais, on finit sur l'image ambiguë de Jyn, va t'elle tomber du côté obscur ? :

capture-decran-2016-12-26-14-17-00

Comme je l'ai dit précédemment, cherchez pas, ya pas dans le film ...

Et pire encore, toute la tirade de Saw Gerrera (joué par Forest Whitaker), qui ponctue toute la fin de cette bande annonce, aller ... je vous laisse un peu de suspens. Vous avez deviné, vous ne la verrez pas dans le film non plus, ils ne lui ont laissé que des répliques où il passe pour un taré ce qui en fait un personnage finalement assez creux ... Alors que punaise, c'est le Yoda de l'épisode quoi ...

Vous voulez le coup de grâce ? Le nom du film apparaît enfin en fin de bande annonce sur le thème musical très célèbre de Luke Skywalker :

capture-decran-2016-12-26-14-17-45

Tu la sens la chair de poule qui monte ? Bah rêves pas, t'as compris le thème de l'article, cette chanson n'est pas présente dans le film. Elle ne sert qu'à introduire le traditionnel générique de fin dans les 3 dernières secondes. Youhou !!

Un petit bonus ? Encore un plan issue du combat final supposé (tiré d'une autre bande annonce) et qui donne bien des frissons ? Le gros plan sur un Chasseur TIE qui fait face à Jyn :

capture-decran-2016-12-19-a-16-47-16

Nop nop nop, vous ne verrez pas ça non plus ...

Donc voilà qui conclu cet article un peu particulier, ou comment faire une bande annonce avec 3 vaisseaux, 3 boom boom, et tout le reste ... qui n'est pas dans le film ... Bref, comment faire une bande annonce sans révéler l'essentiel, c'est au moins ça de pris ...

D'ailleurs j'ai pas eu l'occasion de le vérifier alors je ne l'ai pas mis mais je crois que la fuite dans le corridor avec Jyn, K2 et Cassian n'est pas non plus dans le film. Je ne me rappelle pas non plus du plan avec Saw sans cheveux et je suis pas certain, mais quand on entend Cassian parler avec un très fort accent, ça m'a un peu choqué. Je suis quasiment certain qu'ils ont redoublé l'acteur avec un accent beaucoup moins prononcé ... 

=== SPOIL BEGIN ===

Alors certes je suis certain qu'on va me dire que ces scènes apparaitrons peut être dans les versions longues du film. Peut être, mais du coup les avoirs introduites dans les bandes annonces n'était pas forcément le meilleur choix ...

Après, je dois l'avouer j'ai aimé Rogue One. Il n'est pas exempt de défauts, mais j'ai pris plaisir à rerentrer dans l'univers de George Lucas. Il est vrai que beaucoup de personnages sont accessoires, vous ne vous rappellerais pas de leur blaze mais ce qui m'a surtout beaucoup dérangé, c'est que les personnages principaux n'ai pas une seule ligne humoristique de tout l'épisode. C'est pourtant le charme des Star Wars qu'on aime. Ca détache un peu plus de ses personnages qu'on sait à l'avance qu'on ne les reverra pas dans les épisodes suivants ...

oopinou

16 commentaires sur “La bande annonce de Rogue One était elle honnête ?

  1. Dans ton inventaire des différences, tu as oublié Jyn et Cassian courant sur la plage en plein combat contre les stormtroopers, Jyn ayant le disque de données à la main.
    Je pense que cette première BA était honnête dans le sens où elle devait être représentative de ce qui était prévu dans le film à ce moment là. Cette histoire de coté obscur ainsi que les ressemblances entre l'équipe de Rogue One et les chevaliers de Ren avait alimenté pas mal de théories. Entre temps l'histoire a été complétement chamboulée et celle qu'on nous a présenté me va. Alors bon ...

  2. je crois qu'il y a le plan avec les darks troopers devant la maison de Jyn en feu dans le film (ou une version similaire en tout cas) après sinon très bon film mais je me demande bien où sont passés tout ces plan et comment aurait été le film sans les reshoots qu'il y a eu^^

  3. Bonsoir.

    Peut-être que je me trompe mais il me semble que certaines sont bien dans le film ou pour le moins évoquée. Le "I rebel", il me semble bien qu'elle le dit quand elle envoie bouler la résistance au premier breafing, c'est sa réponse quand ils lui demandent ce qu'elle a fait toute ces années alors que la rebellion se battait.
    L'image dans le corridor n'y est pas, mais Jyn porte bien une combinaison de storm trooper pour rentrer dans la base à la fin du film.

    D'un autre côté, il est très fréquent que des scènes ne soient tournées que pour la bande d'annonce (cas du plan de face fuyant du Directeur Krennic puis celui de Jyn en storm trooper qui se retourne face caméra). Ca ne me choque pas dans la mesure où elle reste fidèle au contenu du film.

    1. Je suis retourné voir le film une 3ème fois en anglais justement pour cette unique réplique avant de faire cet article. Et je confirme qu'elle est absente du film (i rebel). C'est vraiment dommage, car c'est une des meilleures punchline de la bande annonce.

  4. Je sais pas les gars... Vous avez vraiment l'air d'être nés de la dernière pluie là! Pardon hein... Bon, vous savez pas comment on fabrique un gros blockbuster, aujourd'hui ? En particulier chez Disney ?
    1) une préproduction
    2) un tournage physique
    3) une préproduction- étape aujourd'hui de plus en plus lourde en termes logistique, étant donné la quantités de plans à truquer.

    La promo des films commençant de plus en plus tôt (on ne compte plus les teaser de teaser parfois bricolés avec un simple logo !), il devient vital de dévoiler une bande-annonce le plus tôt possible. Du coup, certaines d'entre-elles sont balancée alors que le tournage en lui-même n'est même pas fini. Dans ces bandes annonces, bien souvent, les effets spéciaux, voir les designs ne sont même pas définitif- parce qu'à ce moment, AUCUN plan n'est effectivement terminé à part les fragments de quelques secondes visibles dans les trailers. ça c'est pour le commun des blockbusters. si le sujet vous interesse, les suppléments de la version longue du Hobbit détaillent ce processus à un moment.

    Bref... Dans le cas de Rogue One, c'est encore pire: le film a été massivement retourné quelques mois avant la sortie- le compositeur prévu évincé etc... Bref, gros changement de braquet ordonné par Disney- avec reprise en main par le yes man Tony Gilroy. A ce stade, ce ne sont pas des plans ou des scènes qui disparaissent du film définitif, c'est le film lui même (qui n'a rien de définitif, il n'en ont même pas fini le tournage) qui change totalement. Par contre, pour le trailer, ben pas grave, la bande-annonce a fait son boulot, son demi-milliard de vues, au fond, peut-importe qu'elle vende le vrai film ou pas.

    Dans le cas de Rogue One, ces reshoots massifs se voient quand même juste un peu... Parce que dès que tu te poses pour réfléchir un peu à la cohérence de ce que font les personnages, ça craque quand même de partout, sans parler de scènes entières qui n'ont ni queue ni tête (le raid sur Eadu, mon dieu !!!) et qu'on sent bricolée à partir de plan provenant de 3 ou 4 versions différentes. Et encore, sur Rogue One, par rapport au Réveil de la Force, ils ont relativement le temps d'anticiper les choses.

    Sinon, à voir absolument en VO, oui, la Vf est assez atroce. Le droïde reprogrammé, par exemple, qui m'a vraiment fait rire en anglais voit toutes ces blagues tomber à plat en français.

    Bref, je veux pas vous prendre de haut, hein, juste, si on connait un peu la fabrication de ces films, on peut pas tomber des nues comme ça.

    1. PS: en 3 je voulais écrire POST production, of course... Regarder la liste des prestataires visual effects à la fin du générique, ça donne une idée des délais à tenir.

    2. Ah mais on ne tombe pas des nues. C'est une simple analyse de la bande annonce et pas du film en lui même. Ya de bonnes choses dans Rogue One, j'ai passé un assez bon moment. Mon seul regret et qu'il aurait pû être encore meilleur

      1. "Meilleur" ? Selon quels critères ? Parce que là tu tournes ta phrase de façon assez péremptoire, comme s'il ne pouvait pas en être autrement. Perso je l'ai trouvé juste génial. On fait comment dans ces cas-là ? On garde ta version ou ma version ? Parce que ce que tu as sans-doute en tête pour le rendre "meilleur", c'est peut-être quelque chose qui m'aurait déçu, moi et tous les gens qui l'ont beaucoup aimé...

  5. Je me suis peut-être mal exprimé par rapport au titre de l'article. En fait, pour ne pas être "honnête" je pense qu'il aurait fallu que les fabricants du film sache, au moment de concevoir la bande-annonce à quoi aller ressembler le film, ce qu'il allait raconter. Ce qui n'est clairement pas le cas.

    Quant à toi François- personnellement je rejoins Oopinou Rogue One aurait pu être largement meilleur- en l'état ce n'est même pas un bon film. Tu demande ce qu'on aurait en tête pour rendre le film "meilleur"

    Tiens, un exemple:
    A un moment, Cassian explique qu'il est enrôlé par la rebellion depuis qu'il a 6 ans. L'idée de Gareth Edwards c'est donc, dans l'idéal, de nous le présenter comme un enfant soldat. (au passage je te recommande Johnny Mad Dog, sur ce sujet, ça remue un peu plus les tripes.)
    Imaginons maintenant un début de film sans mémos de Bob Iger, Kathleen Kennedy et compagnie. un début où le réalisateur est libre de faire ce qu'il veut. Edwards aurait sûrement fait un film comme ça:

    Imaginons la même situation, mais ce n'est pas Krennic qui arrive chez les Erso, mais des Rebelles. Ils veulent que Galen leur livre les secrets de l'étoile Noire. La mère est tuée sous les yeux de Jynn. Ensuite, un rebelle met un pistolet dans ma main de Jynn. Les rebelles comprennent que Galen ne parlera jamais. Maintenant il faut l'empêcher de faire savoir, éventuellement, que l'Alliance connaït l'existence de l'Etoile de la Mort. SOn sort est scellé. Mais que faire de la petite fille. Ils lui donnent un choix: soit elle tue son père et elle survit aux mains de la rebellion, soit il les tuent tous les deux. Jynn héiste, et puis, à l'invitation de son père, tire. Cut. ON la retrouve non pas en prison, mais en chef de la section des rebelles. Son récit ensuite, n'est plus celui d'une jeune fille en quête d'amour paternel, mais d'une chef cruelle, réputée pour ne jamais hésiter à sacrifier la vie de ses hommes, qui hérite d'un escadron suicide pour mener à bien le vol des plans. Sacrifiera-t-elle ses équipiers à la cause ?

    Un truc comme ça ça me passionnerait bien plus que le machin avec les éternels personnages en quête de l'amour de leur parents, qui sont sensés avoir, vécu tous les traumatismes, mais n'agissent JAMAIS en conséquence: pourquoi Cassion ne tire-t-il pas sur Eadu ? ça n'a AUCUN sens en regard de son passé. S'il voulait rendre service à la rebellion, il tuerait sans l'ombre d'un hésitation, et même le sourire aux lèvres le mec qui a conçu l'Etoile Noire ! Mais il en profiterait pour abattre le plus possible des savants tous présents dans son viseur: la fine fleur des ingénieurs de l'Empire est là, c'est une occasion unique !!!!
    Mais non, c'est Krennic qui le fait. ben là, normalement, c'est au minimum la cour martiale direct, pour lui. Comme si ces cerveaux n'avaient plus d'utilité après la fin du chantier de l'Etoile Noire (surtout, les gars, qu'il va falloir en construire un en deuxième !)

    Franchement, rien dans le film, du point de vue dramatique et psychologique ne tient debout.

    Mais encore une fois, tant mieux si certains y retrouvent un plaisir et des sensations possible seulement devant Star Wars. Je les envie.

    1. OK donc on peut s'improviser scénariste sur internet en 5 minutes. Pourquoi pas, jouons le jeux:

      "Tiens, un exemple:
      A un moment, Cassian explique qu'il est enrôlé par la rebellion depuis qu'il a 6 ans. L'idée de Gareth Edwards c'est donc, dans l'idéal, de nous le présenter comme un enfant soldat. (au passage je te recommande Johnny Mad Dog, sur ce sujet, ça remue un peu plus les tripes.)"
      > Pas vu le film, je te crois volontiers. Par contre on est d'accord que le film c'est pas "Cassian Andor" mais "Rogue One": il n'est pas centré sur un seul personnage. Le film cherche un certain équilibre, et trop de temps sur UN personnage = pas assez sur les autres, ce qui serait dommage.

      "Imaginons maintenant un début de film sans mémos de Bob Iger, Kathleen Kennedy et compagnie."
      > Encore le refrain éculé des Grands Méchants Qui Corrompent Tout mais soit, on parlera du fond plus tard. (Il me parait évident qu'ils orientent, je dirais même idéologiquement, ce que produisent leurs sociétés)

      "un début où le réalisateur est libre de faire ce qu'il veut"
      > Aaaahhhhh, le mythe qui dit que libre = très bon. Georges Lucas était complètement sous pression lorsqu'il a fait l'Épisode 4. Il était par contre totalement libre lorsqu'il a fait l'Épisode 1. Juste par hasard comme ça: lequel des 2 tu préfères ? ... C'est bien ce que je pensais. La liberté n'a jamais été une garantie de faire des choses bien, mais le mythe persiste malgrès tout. Etrange étant-donné le nombre d'œuvres majeures qui ont émergé GRÂCE aux contraintes. * soupir *

      "Edwards aurait sûrement fait un film comme ça:"
      > Non, il n'aurait surement pas fait "comme ça". ça te flattes peut-être de le croire, mais tu n'as aucun moyen de le savoir. Pour être honnête, tu aurais dû écrire une phrase du style: "j'aurai aimé qu'il fasse...", ce qui est différent.

      "Imaginons la même situation, mais ce n'est pas Krennic qui arrive chez les Erso, mais des Rebelles. Ils veulent que Galen leur livre les secrets de l'étoile Noire. La mère est tuée sous les yeux de Jynn. Ensuite, un rebelle met un pistolet dans ma main de Jynn. Les rebelles comprennent que Galen ne parlera jamais. Maintenant il faut l'empêcher de faire savoir, éventuellement, que l'Alliance connaït l'existence de l'Etoile de la Mort. SOn sort est scellé. Mais que faire de la petite fille. Ils lui donnent un choix: soit elle tue son père et elle survit aux mains de la rebellion, soit il les tuent tous les deux."
      > OK, donc on commence par un scénario de série B. Le cliché archi-classique où on met le personnage principal dans une situation soi-disant dramatique parce qu'à base de "dilemme moral insoluble". Au bout de 10 minutes ? Où est la profondeur émotionnelle ? Où est la richesse scénaristique que tu m'as vendu ? Attention, dans la bande annonce de ton film tu m'as vendu du rêve, tu m'as dit qu'il valait le détour, et là ça commence pas terrible. Même dans les films de super-héros moyens on a compris que c'était le genre de scène à mettre à la fin, sinon ça perd de son impact.
      > La scène d'intro de Rogue One est un parallèle à celle de l'Episode IV où on voit un vaisseau menaçant poursuivre un petit vaisseau tout frêle en le pilonnant: une force implacable qui détruit pour obtenir ce qu'elle veut, avec une capture à la clé. Même chose dans Rogue One: Krennic arrive avec une troupe menaçante face à une famille toute frêle, pilonne ceux qui s'opposent à lui (Lyra Erso) et capture Galen Erso de manière implacable. C'est une scène complètement "StarWarsienne". Tellement qu'on retrouve même les êtres les plus insignifiants et les plus improbables qui réussissent à s'échapper: les droïdes dans l'Episode IV, Jyn dans Rogue One. Cette scène d'intro m'est apparue comme une sacrée trouvaille.

      "Jynn héiste, et puis, à l'invitation de son père, tire."
      > Et pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'elle ne se dit pas tout simplement: "Je préfère tuer ces Rebelles qui ont l'air méchants", ou "j'ai peur" et être paralysée. Elle pourrait aussi se dire "Quitte à ce qu'il meure de toute façon, je préfère mourir que de le tuer moi-même". Là elle aurait du cran. Elle mettrait en plus les Rebelles face à leur propre incohérence (D'ailleurs c'est quoi ces Rebelles qui poussent une gamine à tuer son père pour le fun ? Quand t'as une mission, tu t'amuses pas à montrer de la cruauté gratuite: tu tues ta cible et puis c'est tout. Encore une fois: série B qui cherche à faire du sensationnel gratuitement).
      C'est le gros gros hic à ton pitch de départ: le personnage ne fait aucun choix. Si tu veux un personnage fort comme on en a dans Star Wars genre Leia ou Han, il faut 1) que le personnage ait un RÉEL choix, 2) que son choix soit compréhensible vis-à-vis du point de vue du personnage. Là on comprend surtout que le scénariste de ton film voulait absolument que Jyn tue son père, et n'ayant pas d'idée très originale il a utilisé une ficelle classique avec ZÉRO surprise sur ce qui va se passer vu que si elle tue pas son père:
      - soit les Rebelles hyper-cruels tuent le père ET la gamine (parce que dans le Rébellion, on tue des gamines. REJOIGNEZ NOS RANGS PLUTÔT QUE CEUX DE L'EMPIRE).
      - soit les Rebelles ne tuent personnes, et là ben ton ressort dramatique tombe à l'eau.
      Bref, il n'y a pas de choix dans ton scénario, donc tu m'as déjà perdu en terme d'implication avec les personnages. Pour reprendre les exemples de Star Wars (il y en a des MYRIADES donc j'en prends juste un au hasard): sur Hoth Han fait le choix d'emmener Leia de force pour l'évacuer, parce qu'il l'aime plus que la Rébellion qu'elle cherche pourtant à sauver en restant jusqu'au bout. Il pourrait tout à fait ne penser qu'à sa pomme et se barrer, ce qu'il a déjà fait (et qu'il refera d'ailleurs). Choix réel + compréhensible du point de vue du perso.
      > Il y a plein de de raisons pour lesquelles ton amorce ne tient pas la route. On verra d'ailleurs par la suite que toi-même tu trouves pas ça crédible...

      "Cut. ON la retrouve non pas en prison, mais en chef de la section des rebelles. Son récit ensuite, n'est plus celui d'une jeune fille en quête d'amour paternel, mais d'une chef cruelle, réputée pour ne jamais hésiter à sacrifier la vie de ses hommes, qui hérite d'un escadron suicide pour mener à bien le vol des plans. Sacrifiera-t-elle ses équipiers à la cause ?"
      > Non mais sérieux ? C'est tellement télescopé: ILS VONT TOUS MOURIR A LA FIN. D'ailleurs c'est comme Titanic: tu le sais dès le début qu'il va couler, donc ce qui est important c'est le COMMENT, pas le QUOI. Dans le scénario de Rogue One tu y crois parce que chaque rebelle est un individu et prend sa décision librement, pour ses raisons propres. Ils choisissent tous d'y aller, et ils choisissent tous la mission plutôt que leur vie. Le but n'est pas de se suicider à tout prix, le but c'est redonner de l'espoir à la galaxie. Là tu enlèves tout leur charisme aux personnages. Qui s'intéresse à des pantins ? Même l'Empire et le Rébellion (qui sont 2 "personnages" en quelque sorte) auraient 2 mots à dire parce que tu travesties beaucoup ce qu'ils représentent. La force de Rogue One c'est de te montrer qu'on peut se battre pour une cause qui nous dépasse, non pas parce qu'on y est obligé, mais parce qu'on en fait le choix. Et cette cause c'est l'anéantissement D'UNE FORCE TYRANNIQUE ET CRUELLE. L'Empire impose, uniformise, prive de liberté. La Rébellion elle fait la part belle à la liberté de chacun, à la différence, à la démocratie (d'ailleurs sur ce point je trouve encore une fois Rogue One superbe: LES REBELLES NE SONT PAS D'ACCORD ENTRE EUX. C'est ça une démocratie: tout sauf une "voie unique", qui est totalement incarnée par l'Empire. C'était important de le montrer, on le voit dans aucun autre film de la saga).
      Ce que tu fais, c'est utiliser une élément fort de Star Wars à contre-sens. Si méthode Jyn = méthode Empire, aucune raison d'accrocher au personnage. On va préfèrer l'Empire, parce que c'est "l'original".
      La force du personnage d'Andor Cassian c'est qu'il a tué du monde (y compris d'autres Rebelles) POUR DETRUIRE L'EMPIRE. Son but c'est pas de regarder ses copains et de leur dire: vous avancez ou vous mourrez. C'est plus subtil que ça: il cherche à tout faire pour retrouver la liberté dont l'a privé l'Empire. C'est pas un gars qui cherche à être cruel pour le plaisir de la cruauté, pas quelqu'un qui cherche à imposer sa volonté aux autres en les menaçant de mort, chemin que tu aurais voulu qu'emprunte le personnage de Jyn, apparemment...
      Le titre de l'Episode IV c'est "Un Nouvel Espoir", et la force de Rogue One c'est qu'à la fin tout le monde est mort... sauf l'espoir. Peu de film Star Wars ont eu une telle intensité.
      En fait ta version de Jyn m'aurait plut davantage si ce n'était pas un cliché scénaristique arrivant au bout de 10 minutes qui avait fait en sorte qu'elle tue son père mais si à un moment du film elle avait fait le choix de tuer son père pour ses raisons propres (qui est aussi un archi-classique, surtout dans Star Wars: Kylo, etc.). Je préfère malgré tout encore le fait qu'elle croit en son père, ce qui n'est pas gagné car rappelons-le c'est l'ennemi juré de la Rébellion pour l'arme abominable qu'il a aidé à créer.

      "Un truc comme ça ça me passionnerait bien plus que le machin avec les éternels personnages en quête de l'amour de leur parents, qui sont sensés avoir, vécu tous les traumatismes, mais n'agissent JAMAIS en conséquence: pourquoi Cassion ne tire-t-il pas sur Eadu ? ça n'a AUCUN sens en regard de son passé."
      > Ouh-là, stop. Je vais citer ton propre scénario, quelques lignes plus haut: "Sacrifiera-t-elle ses équipiers à la cause ?" Donc quand toi tu utilises un personnage cruel et le fait évoluer c'est brillant, mais quand quelqu'un d'autre le fait ça n'a pas de sens ?
      Le sens, c'est l'impact de Jyn dans la vie d'Andor. Andor avant Jyn aurait tiré. Andor après Jyn ne tire pas. C'est elle qui lui fait douter au point de changer d'avis (d'ailleurs ça l'énerve, cf la scène du retour dans la navette où il engueule un peu tout le monde, on voit qu'il se sent pas bien d'avoir hésité). Un personnage est mono-dimensionnel s'il n'évolue pas, et là le personnage d'Andor est sacrément chamboulé par l'arrivée de Jyn dans sa vie. D'ailleurs ce changement continue tout au long du film: au début il s'en méfie et à la fin il la suit dans la mort. L'impact de Jyn est palpable et puissant (pour le personnage d'Andor).

      "S'il voulait rendre service à la rebellion, il tuerait sans l'ombre d'un hésitation, et même le sourire aux lèvres le mec qui a conçu l'Etoile Noire !"
      > ça, c'est le rôle du Général Draven. Lui n'a pas le lien émotionnel avec Jyn, il est donc dans le même mode de pensée que "Andor avant Jyn", et donne l'ordre aux chasseurs de tuer Galen, sans hésiter. D'ailleurs il va jusqu'à manipuler Jyn pour atteindre son père. Là encore sans hésiter. (mais rappel: choix réel + cohérent. D'ailleurs tu as donné toutes les explications, même si ta fascination pour le meurtre avec "le sourire aux lèvres" me laisse perplexe: le Général Draven a le sens du devoir, difficile de l'imaginer avec un sourire sadique). Je rappelle également qu'au moment où il a Galen en joue, Andor sait qu'en fait ça ne servira à rien. Il a une info bien CAPITALE pour la Rébellion: la faille du système de défense de l'Étoile de la Mort !!!! (Pour rappel elle est déjà construite, et que sa destruction est LA priorité pour la Rébellion si elle veut que la galaxie s'en sorte).

      > De plus tu sembles penser que si on te fait du mal alors tu cherches activement à te venger. Selon tes propres critères donc, Jyn aurait dût chercher à se venger des Rebelles qui ont tué son père, "le sourire au lèvres" même si ça te plait plus comme ça. Comment comprendre qu'une enfant qui voit débarquer des gens chez elles pour tuer son père va les suivre sans broncher et ne va pas chercher à les fuir ou à se venger d'eux ? Comment tu arrives à vendre qu'elle rentre de plein pied dans un groupe qui lui a causé un tel traumatisme ? Qu'est-ce qui la pousse à détruire l'Empire ? Je te ressorts TA VERSION "d'Andor l'enfant-soldat", où tu es persuadé que c'est plus logique s'il tues tous ceux qui lui ont fait du mal sans hésitation. A nouveau pourquoi tu vois un problème dans le scénario des autres pas dans ton propre scénario ?

      "Mais il en profiterait pour abattre le plus possible des savants tous présents dans son viseur: la fine fleur des ingénieurs de l'Empire est là, c'est une occasion unique !!!!
      Mais non, c'est Krennic qui le fait. ben là, normalement, c'est au minimum la cour martiale direct, pour lui. Comme si ces cerveaux n'avaient plus d'utilité après la fin du chantier de l'Etoile Noire (surtout, les gars, qu'il va falloir en construire un en deuxième !)"
      > Alors ça c'est intéressant. Ta version se tient, mais le hic c'est que du coup ça diminue le personnage de Krennic (et un méchant diminué, c'est pas un bon méchant). La relation entre Krennic et Galen est celle du docteur Frankenstein avec sa créature: il l'a créée, est persuadé de la dominer, mais elle lui échappe. Le film avait donc besoin d'une scène où la confiance aveugle qu'a Krennic dans le fait que Galen est son toutou se retourne contre lui: Galen l'a trahit et il cherche donc à punir Galen en exécutant ses collègues sous ses yeux, comme on le ferait d'un chien en lui enlevant son os. Cette scène qui montre la cruauté de Krennic est très intéressante: le fait d'exécuter des gens ou de faire exécuter des gens gratuitement sans autre raison que "j'ai envie d'être sadique", c'est intolérable pour une frange de la galaxie: LA RÉBELLION.

      "Franchement, rien dans le film, du point de vue dramatique et psychologique ne tient debout."
      > N'allons pas jusque là. Par contre ta version aïe aïe aïe selon TES PROPRES CRITÈRES ne tient pas debout, et il est sans-doute un peu présomptueux d'affirmer qu'elle est meilleure que Rogue One. Je suis conscient que l'exercice du pitch n'est pas facile, je t'encourage à prendre conscience que l'exercice de la réalisation d'un film l'est encore moins. Par contre la critique est facile, peut-être ne faudrait-il donc pas dénigrer gratuitement ? Tu n'as pas aimé le film, tout simplement. Pas la peine de vouloir à tout prix nous faire croire que c'est objectif: c'est une opinion tout à fait respectable en soi (quoi que le meurtre "le sourire aux lèvres" j'ai du mal: je préfère largement un soldat torturé par ses démons comme Andor: là on a de la profondeur psychologique. Un meurtrier aveugle et sanginaire, y'a rien de plus creux).

      > Pour la profondeur psychologique, j'aimerai juste donner une exemple: la relation Baze/Chirrut, qui ont un chemin de foi très intéressant : l'un ne croit plus, l'autre croit aveuglément (encore une belle trouvaille: il effectivement AVEUGLE). Et Chirrut arrive par son sacrifice à redonner la foi à Baze. Le dernier regard de Baze est très lourd de sens: il croit maintenant, comme son ami vient de le lui dire quelques instants plutôt, qu'ils vont se retrouver dans la Force. Je suis bien conscient que c'est personnel comme point de vue, mais arriver à obtenir des personnages aussi forts en aussi peu de temps, c'est un tour de force (pun intended).

      Mais encore une fois, tant mieux si certains y retrouvent un plaisir et des sensations possible seulement devant Star Wars. Je les envie.
      > Je sent un peu de sarcasme, je me suis donc permis jusque-là de rester sur le même ton.

      > Sincèrement je regrette que tu ne l'aies pas aimé. Par contre j'ai apprécié de te lire car ça m'a remonté un peu moi-même, et m'a permis de confirmer par écrit certaines des choses qui me trottaient dans la tête. Merci, donc.

  6. Pourquoi vouloir faire un procès à une bande annonce ? Si ta seule déception c'est de pas avoir eu les quelques punchlines que tu attendais... ça va je dirais ^^ Ne pas oublier que c'est le film en lui-même qui compte, pas les à côtés créés par des marketeux peu scrupuleux ^^ (cf le post de Brrr ci-dessus).

    Le principe est simple: tu ne peux pas résumer correctement un film en 2 minutes (ou alors c'est que le film aurait dût tenir en 2 minutes, ce qui n'est pas bon signe...). Tu vas forcément devoir choisir des angles d'attaque. C'est valable pour un film ou pour n'importe quoi d'autre: lit la 4ème de couverture d'un bouquin, lit le bouquin, revient sur la 4ème, et tu vas dire "oui bon d'accord, mais il manque ça, ça, ça...".

    C'est sans-doute très personnel comme point de vue, mais c'est plutôt les bandes annonces qui révèlent tout du film qui m'agacent. J'ai même tendance à les éviter pour avoir le maximum d'effet de surprise lors du visionnage du film. Ma bande annonce idéale c'est une personne qui parle vaguement du film, sans en voir la moindre image ni en apprendre sur le scénario. Ou alors juste les 1ères minutes, brutes.

    Le grand écart entre l'attente du public et le produit est horrible pour un créateur. Parce que tu ne pourras jamais fournir ce que la personne en face a en tête. C'est d'autant plus vrai pour Star Wars, qui fait appel à l'imaginaire et qui a une richesse extra-ordinaire. On s'imagine des choses, on espère des choses, on attend des choses. Le plus drôle dans l'histoire, c'est que personne n'est d'accord sur ces fameuses "choses". Georges Lucas s'est cassé les dents dessus avec l'Episode I. Au lieu d'aller voir un film, les gens sont arrivés avec un véritable cahier des charges en tête, et O SURPRISE ils sont déçus à l'arrivée. Le plus drôle je le répète c'est que ces gens qui disent "c'est nul" ou "ça aurait pût être mieux" tu leurs fait faire chacun le film de leur rêve et ben ils diront "c'est nul" ou "ça aurait pût être mieux" du film des autres. * soupir *

    Mais maintenant normalement on a l'expérience de ce genre de chose, du coup je ne comprends pas le sens de cet article. Était-ce un billet d'humeur ? Quel est le but ? Qu'à la fin les gens qui font des films se sentent l'obligation de ne jamais laisser le processus créatif suivre le court qu'ils souhaiteraient ? Qu'ils ne remettent jamais en question leurs choix initiaux ? Y'a plein de tableaux qui une fois passés au rayon X révèlent que l'artiste était parti sur quelque chose puis l'a changé. Pour un film c'est la même chose: tu vois une scène, elle ne te plait pas, tu la changes, elle ne te plait toujours pas, tu la changes à nouveau, etc. Cette idée retouche = hérésie est... curieuse. Moi rien que pour écrire ce tout petit message je reviens sur certaines phrases pour les corriger... j'imagine même pas pour une film où tu veux raconter une histoire le nombre de retouches que tu apportes: à la pré-prod, à l'écriture, au tournage, au montage, etc.

    Et pour le coup des phrases humoristiques faciles (les fameuses punchlines), pitié pitié, c'est tellement le truc qui me sort de l'immersion (cf l'abus qui en est fait dans les films Marvel): depuis quand une personne dans le feu de l'action le premier truc auquel elle pense c'est de sortir une phrase rigolote ? D'ailleurs des punchlines il y en a dans le film et pour le coup moi qui aime pas ça d'habitude elles sont bien passées (tu as peut-être râté la phrase "ça va votre pied ?" prononcée par Chirrut après qu'il transperce celui d'un stormtrooper ? Ou peut-être 90% des dialogues de K-2SO. Ou alors c'est que tu ne considères pas ces personnages comme "principaux", ce que je trouve dommage mais je suppose que c'est une grille de lecture comme une autre.

    En bref je suis sincèrement désolé que ce film n'ait pas été à la hauteur de tes attentes, j'espère que ça se passera mieux pour toi la prochaine fois.

  7. Dis donc François, qu'est ce qui te dit que je m'improvise scénariste ? Peut-être que j'en ai écrit, des scénarios, va savoir ?
    Ben ma version, je la trouve mieux, forcément, c'est la mienne.
    Ah, le coup de la critique facile ! Ah mais ça aussi je suis bien placé pour le savoir, t'en fait pas ça va très bien merci.
    Ton message fait plaisir par sa passion . Je sens bien que Rogue One t'as parlé, t'as touché, t'as plu, c'est bien.
    Que veux-tu que je te dises... J'ai vu La guerre des étoiles, en gros, au temps de sa sortie, (époque retour du Jedi) ça me classe directement dans le camp des vieux fans aigris, pour les moins de 30 ans. Tant pis, tant mieux ! Quand tout le monde va voir le même film (le rêve absolu de Disney), qu'au moins, ce public soit divisé c'est déjà bon signe.

    On peut débattre sans fin de ce que doit être un Star Wars, un film Disney etc... Le problème global que j'ai avec Rogue One, c'est que le film se place d'emblée dans une impasse, en se voulant un genre de film de guerre. Ce qu'il n'est jamais- bon sang Le réveil de la force (qui est une flaque de merde) est plus violent !
    Franchement, le début de Rogue One, tu arrives à te senti impliqué par ça ? le coup de la gamine cachée qui sort de sa cachette pour aller voir ses parents se faire tuer/enlever ? François, en toute bonne fois, soit tu as vu deux films dans ta vie, soit tu conviendras que plus clichetonneux tu meurs. Et Jynn, elle a... une poupée de Stormtrooper ? Parce qu'elle adore l'Empire ? nan mais oh ! C'est le seul jouet que son père voulait lui offrir.

    Quand à la complexité à faire un film... ne m'en parle pas, tiens. N'en parle pas non plus à Gareth Edwards, qui avait 500 personnes pour l'aider à faire le sien, et qui doit maintenant en faire contractuellement la promo en disant partout que tout s'est merveilleusement passé, alors qu'il est de notoriété possible qu'il n'a jamais eu les mains libres de quoi que ce soit.

    Tu peux en parler par contre, à Francis Ford Coppola, qui a réalisé Apocalypse Now, un vrai film de guerre, et un des films de chevet de Gareth Edwards, dont découle d'ailleurs son premier long, Monsters. Un des plus incroyables documentaire sur la création d'un film que tu puisses voir est le Hearts of Darkness , de la femme de Coppola, à propos du tournage d'Apocalypse, que tu peux trouver sur une des éditions Blu-Ray du film. Je te le recommande vivement.

    Oui, c'est clair que je n'ai pas "aimé" Rogue One, je ne vois pas bien en quoi ça m'empêcherait de regarder le film objectivement. La critique n'est pas une question de goût, c'est déplier l'esthétique d'un film, ça peut se faire objectivement. Il y a des chef d'oeuvres qu'on aime pas, ça n'en fait pas moins des chef d'oeuvres. Mais comme le monde est bien fait, même un film comme Rogue One peut être aimé, ce qui est merveilleux pour les gens à qui ça arrive. Pas la peine, pour autant de s'imaginer que c'est un grand film, ni même un bon film tout court.

    Allez, j'admets une petite part de provocation dans cette dernière phrase. Je vais te faire un confidence: il y a pour moi une scène dans le film qui mérite à elle seule le prix du billet. Une scène formidablement éclairée, pas mal mise en scène, superbement chorégraphiée, qui rappelle que Edwards est capable de moments plastiques stupéfiant: l'attaque de Vador dans le couloir, à la fin, qui m'a donné la chaire de poule, et après laquelle je me suis dit: il a tout compris.

    Tu vois, sous le vieux fan aigri, il y a un petit coeur qui bat !

    1. Bonsoir.

      Pour moi, un film tout public a atteint son objectif quand il a la faculté d'être vu et revu sans qu'il ne lasse.

      Rogue One est de cette catégorie : une intrigue simple, de l'action bien dosée, des personnages charismatiques, des seconds rôles que l'on retient (même si ils ne sont pas fouillés * ). Les films Disney sont généralement de cette facture. Rogue One est de la pure patte Disney.

      Ce monsieur Edwards que certains semblent plébisciter a à son actif Monster, Godzilla et Monster : Dark continent. Vous avez vu ces films ? Moi oui et je ne prendrai pour sûr jamais la peine de les regarder une seconde fois. Un parti pris artistique affirmé certes mais au final un vol manifeste sur la marchandise.

      Moi, Rogue One a touché ma fibre d'enfant et l'a bien faite vibrer (revoir le Gran Mof Tarkin, La princesse, les combats spaciaux épiques, l'étoile noire et le kitch épuré des costumes et des machines). Il m'a fichu le frisson plus d'une fois. Je n'ai eu cette sensation qu'à deux reprises dans le VII (Chewie et Han entrant dans le faucon et le vol rase motte des T70 arrivant toute berzingue). Donc pour moi, carton plein.

      Sur ce constat, je reste épaté de ce que la machine Disney a comme capacité à produire des films qui marquent et qui restent. Avec ce réalisateur ce n'était pas gagné : vive le cahier des charges Disney :) .

      (*) "La force est avec moi et je fais corps avec la force". Pour mon fils et ma fille fans de la saga cette phrase a tout simplement remplacé la fameuse injonction "Que la force soit avec toi". Ce personnage de Chirrut Îmwe est celui qui les a le plus marqué car il est le seul à faire le lien avec les Jedi. Donc non les personnages ne sont pas fouillés mais ils marquent.

  8. Perso je trouve que c'est la meilleur bande anonce de starwars qu'il m'est été donnée de voir je parle d'apartir de la menace fantome pour le retour du jedi je me rappele pas et pour les deux premier trop petit.

    Pourquoi je trouve que c'est la meilleur, parce qu'elle m'a vendu du reve et que dans la salle j'ai eu ce reve. Je la trouve honnête en la voyant je m'ettendait a une ambiance, une estetique tout un tas de chose et j'ai eu ça donc content.
    Le fait qu'il y est des plan qui soit dans une bande annonce et pas dans le film ne m'a pas génée. J'en avais remarqué celle de la "punchline badass" car elle est assée longue mais toutes les autres alors pas dutout.

    Pour resumer la bande pour moi la bande anonce ce doit d'être fidèle a l'espri du film plus qu'au image du film et je trouve que c'est le cas avec Rogue-One.
    PS j'avais fait plus long en expliquant mais en faisant cela je perdait le bouton pour envoyer le formulaire...

  9. Fichtre, souvent les grosses productions embauchent des équipes de tournage pour réaliser des scènettes hors du film, pour brouiller les pistes, ou pour apporter un univers précis à une bande annonce.
    Le film est réussi. J'ai vraiment frissonné, j'ai été plongé dans l'ambiance et l'histoire. Il est très noir, on voit que le réalisateur est un grand fan. Et puis je l'adore ce réalisateur, il sait donner une atmosphère et une profondeur à des films qui se présentent comme de banals divertissements (le dernier Godzilla est surprenant et mérite d'être vu, et son premier film Monsters est incroyable et prenant).
    Pour moi, Rogue One a littéralement mis dans l'ombre la trilogie actuelle, l'épisode VII a autant de caractère qu'un épisode de Derrick


Laisser un commentaire